Étiquettes

, , , , , , ,

Le Meilleur Jour de l’Année.

Les dix sublimes jours de Dhu-l-Hijjah sont presque terminées, et nous arrivons à leur point culminant : le Jour de `Arafah (9éme jour de Dhul-Hijjah). Il y a, en ce jour, une abondante effusion de miséricorde et grâce divines, et nombreux savants considèrent ce jour comme étant le meilleur de l’année.

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit qu’il n’y avait de jour où Allah sauvait plus de gens du Feu que durant le Jour de`Arafah.[1] Il fut également rapporté que quiconque possède en son cœur un atome de foi, sera, en ce jour, pardonné par Allah – et ce, qu’il se trouve ou non, à `Arafah.[2]

Le Messager d’Allah (paix et bénédictions sur lui) invita ceux qui ne se trouvaient pas au Hajj à jeûner en ce jour avec promesse que cela effacera les mauvais actes de l’année précédente ainsi que ceux de l’année à venir.[3] Qu’entendons-nous par effacer les mauvaises actions de l’année à venir ? Les savants expliquent qu’il s’agit soit de la protection contre la chute dans ces méfaits dans l’année à venir, soit du fait que si nous les commettons, nous serons pardonnés. Les mauvais actes mentionnés ici sont les péchés « mineurs » entre la personne et Allah, et non les cas où une personne aurait commis du tort à autrui. Ceci est un immense don d’Allah à la Ummah de Son bien-aimé (paix et bénédictions sur lui). 

Nous devrions également nous tourner vers Allah afin d’implorer Son Pardon et qu’il soit répondu à nos besoins, particulièrement l’après-midi de ce jour. En ce faisant nous imitons les gens se trouvant à `Arafah à qui le pardon est garanti, et nous demandons à Allah de nous accorder ce qu’Il leur accorde. Comme le Prophète (paix et bénédictions sur lui) a dit : « Celui qui imite un peuple en fait partie. »[4]

Nous devrions consacrer une partie de notre temps à la récitation du Qur’an (particulièrement la Surat al-Ikhlas), aux salutations sur le Prophète (paix et salut d’Allah sur lui), et à d’autres formes d’évocations notamment le tahlil ou l’évocation de l’unicité d’Allah. Le Prophète (paix et salut d’Allah sur lui) a dit :  La meilleure invocation (du`a) est l’invocation du Jour de `Arafah. La meilleure chose que moi-même et les Prophètes avant moi ayons dit est :

لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللهُ وَحْدَهُ لاَ شَرِيكَ لَهُ، لَهُ الْمُلْكُ وَ لَهُ الْحَمْدُ وَ هَو عَلَى كُلِّ شَيءٍ قَدِيرٍ

[« Il n’y a de divinité sinon Allah, Unique, Il n’a pas d’associés. A Lui appartiennent la royauté et les louanges, et Il est sur toute chose, Omnipotent. »[5]]

Sayyiduna `Ali (qu’Allah l’agrée) rapporte que l’invocation que le Prophète – sallallahu `alayhi wa sallam – faisait le plus au Jour de `Arafah est :

اللَّهُمَّ لَكَ الحَمْدُ كَالَّذي نَقُولُ وخَيْراً مِمَّا نَقُولُ اللَّهُمَّ لَكَ صَلاتِي ونُسُكِي ومَحْيَايَ ومَمَاتِي وإِلَيْكَ مَآبِي ولَكَ رَبِّ تُرَاثِي اللَّهُمَّ إِنِّي أَعُوذُ بِكَ مِنْ عَذابِ القَبْرِ ووَسْوَسَةِ الصَّدْرِ وشَتَاتِ الأَمْرِ اللَّهُمَّ إِنِّي أَعُوذُ بِكَ مِن شَرِّ ما تَجِيءُ بِهِ الرِّيحُ

[« Ô Allah à Toi appartiennent toutes louanges, comme celles que nous prononçons et meilleures qu’elles encore. Ô Allah, ma prière, ma dévotion, ma vie et ma mort sont pour Toi, et à Toi est mon retour. Tout ce que je possède, mon Seigneur, te revient. Ô Allah, je recherché refuge en Toi contre le châtiment de la tombe, les insufflations du diable et contre le désordre dans mes affaires. Ô Allah je cherche refuge en Toi contre le mal que transporte le vent. »[6]]

S’il est possible de se réunir avec un groupe de personnes à ce moment là, alors la récompense sera plus grande et les chances d’acceptation plus élevées. Ceci était la manière de Sayyiduna `Abdullah Ibn `Abbas et d’autres compagnons (qu’Allah les agrée), et c’est une tradition à Tarim où des centaines de personnes se réunissent dans une cour ouverte après `Asr afin d’évoquer Allah et de faire des du`a jusqu’au Maghrib.

Les Takbir de `Îd et la Nuit Précédant `Îd.

Le Messager d’Allah (paix et bénédictions sur lui) nous appris à remplir ces jours et nuits bénis avec l’évocation d’Allah de manière générale et plus particulièrement avec le takbir par lequel nous exprimons la grandeur et la transcendance d’Allah. Il a dit (paix et bénédictions sur lui) : « Embellissez votre `Îd par le takbir. »[7] Il est recommandé de faire le takbir après chaque prière (fard ou nafl) du Fajr du Jour de `Arafat (9 de Dhul-Hijjah) jusqu’au `Asr du 13, dernier jour des trois Jours de Tashriq. Cette année (2016) le Jour de `Arafat en Arabie Saoudite est Dimanche, `Îd est Lundi et le dernier des Jours de Tashriq est Jeudi.

Nous devrions également remplir la nuit précédant `Id de takbir de Maghrib jusqu’à la prière de `Id le lendemain. La nuit de `Îd, la prononciation du takbir ne se limite pas à la fin de la prière, mais devrait plutôt être répétée à tout moment en nos foyers et mosquées et dans les rues (sans causer de gêne). Nous devrions prononcer le takbir avec le coeur rempli de la Grandeur d’Allah afin de ne pas simplement répéter des mots sans en ressentir la signification.

C’est une Sunnah du Prophète – sallallahu `alayhi wa sallam – de donner vie à la veille de `Id ; comprendre par là : occuper le temps que nous pouvons par l’adoration et le souvenir d’Allah, de manière telle que la nuit revit. Le minimum que nous puissions faire serait de prier Maghrib, `Isha et Fajr en congrégation. Les Mosquées de Tarim sont, à la deuxième partie de la nuit, remplies de personnes qui viennent lire le Qur’an en groupes, priant et faisant le takbir ensemble par intervalles. A la fin de la nuit tout le monde se réunit pour un khatm et du`a.

Il est rapporté dans le hadith que quiconque redonne vie aux nuits précédant les deux `Id, Allah donnera vie à son coeur le jour où les coeurs seront morts.[8] Ce qui est principalement entendu ici c’est la sûreté au Jour du Jugement ; toutefois, même en ce monde, la majorité des coeurs sont éteints, affamés, sous-alimentés de l’évocation d’Allah et insouciants du retour à Lui. Aussi, se souvenir d’Allah en des nuits comme celles-ci, alors que la majorité des gens sont occupés par d’autres choses, donnera vie et tranquillité à nos coeurs. `Id sera alors une véritable célébration, l’expression de notre gratitude à Allah pour nous avoir donné la capacité de L’adorer et de L’évoquer lors des précédents jours et nuits.

Il y a différentes formes de takbir ; en voici une :


اللهُ أَكبرُ اللهُ أَكبرُ اللهُ أَكبر-لا إله إلا الله- الله أكبر الله أكبر ولِلَّهِ الحَمْد
(trois fois)

الله أكبرُ كَبيرا والحمدُ لله كثيرا وسُبْحانَ اللهِ بُكْرَةً وأَصيلاَ

لا إله إلا الله لا نَعْبُدُ إلا إِيَّاهُ مُخْلِصِينَ لَهُ الدِّينَ وَلَوْ كَرِهَ الكافِرون

لا إله إلا الله وَحْدَه صَدَقَ وَعْدَه ونَصَرَ عَبْدَه وأَعَزَّ جُنْدَه وهَزَمَ الأَحْزَابَ وَحْدَه
لا إله إلا الله واللهُ أكبرْ ولِلَّهِ الحَمْد

[«Allah est Plus Grand, il n’y a de dieu que Lui, toutes louanges Lui appartiennent.
Il n’y a de dieu que Lui et nous n’adorons nul autre que Lui en toute sincérité même si cela déplaît aux non-croyants.
Il n’y a de dieu que Lui Seul. Il a honoré Sa Promesse, a donné la victoire à Son serviteur, a rendu puissantes Ses forces et Lui Seul a détruit les Coalisés.
Il n’y a de dieu qu’Allah, Allah est Plus Grand, toutes louanges Lui appartiennent.»]

Les savants disent qu’à chaque fois qu’il est recommandé d’évoquer Allah, il est également recommandé de mentionner Son Messager, sallallahu `alayhi wa sallam. Si ce ne fut pour lui, il n’y aurait eu de Ramadan, de `Id ou de takbir. C’est la raison pour laquelle nous devrions ajouter, en l’honneur de notre Messager, sallallahu `alayhi wa sallam, de ses Compagnons, de ses épouses et de sa descendance :

اللهُمَّ صلِّ على سَيِّدِنا محمد
وعلى آلِ سَيِّدِنا محمد
وعلى أَصْحابِ سَيِّدِنا محمد
وعلى أَنْصَارِ سَيِّدِنا محمد
وعلى أَزْواجِ سَيِّدِنا محمد
وعلى ذُرِّيِّةِ سَيِّدِنا محمد
وسلِّمْ تَسْليماً كثيراً

Les Sunnahs de `Îd al-Adha.

Nous devrions nous efforcer d’effectuer les autres sunnah du `Id. Parmi elles il y a le fait de prendre un bain – que l’on se rende à la prière du `Id ou non -, de porter ses meilleurs vêtements et son meilleur parfum. Le Messager d’Allah (paix et bénédictions sur lui) avait des tenues spéciales qu’il ne portait qu’à l’occasion du `Îd. Il ne mangeait ni ne buvait qu’après la prière de `Îd et la première chose qu’il mangeait était le foie de l’animal qu’il avait sacrifié. Il est recommandé de se diriger à la prière en prenant un chemin plus long à l’allée, et en empruntant un chemin différent pour le retour. L’on devrait également serrer la main de ses confrères (ou consoeurs) et les féliciter à l’occasion du `Id. L’on devrait être particulièrement généreux envers sa famille, manifester sa joie à cette occasion, et s’efforcer de visiter ses proches et amis.

Les Jours de Tashriq.

Les trois jours suivants `Îd al-Adha sont les Jours de Tashriq (11, 12 et 13 de Dhul-Hijjah). Ces jours sont mentionnés par Allah lorsqu’Il dit : {Souvenez-vous d’Allah durant les Jours Déterminés}[9] Le Messager d’Allah (paix et bénédictions sur lui) les a décrit comme des jours de repas, de boisson et d’évocation d’Allah.[10] Jeûner est dès lors interdit le Jour de `Îd et les Jours de Tashriq. Tout comme nous avons recherché la proximité d’Allah en jeûnant les jours précédant `Îd, nous nous rapprochons alors de Lui en appréciant ce dont Il nous a gratifié. Tout ce que le serviteur doit faire c’est obéir aux ordres de Son Maître, sachant qu’en cela se trouve Sa satisfaction et la protection contre le fait de suivre ses propres caprices.

—————————————————–

[1] Rapporté par Muslim, al-Nasa’i et Ibn Majah
[2] Rapporté par Abu Daud
[3] Rapporté par Muslim, Ahmad, Abu Daud et al-Nasa’i
[4] Rapporté par Abu Daud et Ahmad
[5] Rapporté par al-Tirmidhi
[6] Rapporté par al-Tirmidhi
[7] Rapporté par al-Tabarani
[8] Rapporté par Ibn Majah
[9] Al-Baqarah 2.203
[10] Rapporté par Muslim, Ahmad et al-Nasa’i

Publicités