Mots-clefs

, , ,

badrLe 17 de Ramadan, nous commémorons la Bataille de Badr, qui prit lieu en ce jour la deuxième année de la Hijrah. Allah la décrit comme le Jour du Discernement, le Jour de la rencontre des deux forces.


Sayyidi al-Habib `Umar bin Hafith (qu’Allah le préserve) marque cet événement en complétant le khatm du Qur’an lors du Tarawih, la nuit du 17, après quoi il y a de grandes célébrations à Dar al-Mustafa auxquelles assistent des milliers de personnes. La reste de la nuit est passé en prière, en souvenir d’Allah et en invocations, étant donné que les prières sont exaucées lorsque le Qur’an est complété.

17 Ramadan

Le jour suivant, lors de `Asr, le poème Jaliat al-Kadar* est récité, dans lequel les noms des Compagnons ayant participé à la Bataille sont mentionnés. [*Le poème, compilé par Al-Sayyid Ja`far ibn Hasan ibn `Abdal-Karîm al-Barzanjî, est disponible ici en Arabe : Jaaliat al-Kadar, mais il est à savoir que les haba’ib récitent un chapitre supplémentaire vers la fin que l’on ne peut lire dans cette version.]

Ce qui suit est un résumé d’une Khutbah, dans laquelle Habib `Umar revient sur quelques leçons de Badr : [1]

Après avoir invoquer Allah et prier sur le Messager d’Allah (sallAllahu ‘alayhi wa sallam), Shaykh Habib `Umar invita à la taqwa (piété/crainte révérencielle), dont la réalisation est l’un des buts du jeûne, et la sagesse derrière le fait qu’Allah l’ait rendue obligatoire pour nous.
Les réalités de la taqwa, que l’Imam des Gens de Taqwa (paix et bénédictions d’Allah sur lui) et ses Nobles Compagnons possédaient, furent manifestes en des jours comme ceux de la deuxième année de la Hijra. Au Mois de Sha`ban de cette année, les jeûne et Zakat furent rendus obligatoires. Le Prophète et ses compagnons commencèrent alors à jeûner dans des conditions d’intense chaleur. En un jour similaire à celui-ci, toutes ces années de cela, votre Prophète (paix et bénédictions sur lui) quitta sa famille et son foyer et sortit pour Badr, entouré de 313 de ses Compagnons. Pourquoi est-il sorti ? Pour donner la victoire à la Religion d’Allah et pour transmettre le message de son Seigneur. Malgré la chaleur et la difficulté du voyage, il continua de jeûner en quelques jours, mais rompait son jeûne en d’autres.

Durant l’expédition, il partagea un chameau avec Sayyiduna `Ali et Sayyiduna Mirtha bin Abi Mirtha : pendant que l’un d’eux était sur la monture, les deux autres marchaient. Ils dirent alors au prophète (paix et bénédictions sur lui) : « Ô Messager d’Allah, sois sur la monture, et nous marcherons. »

Il (sallAllahu `alayhi wa sallam) répondit : « Vous n’êtes meilleurs marcheurs que moi, pas plus que je ne suis moins dans le besoin de la récompense que vous. »

Il nous enseigna ici plusieurs leçons. Il nous enseigna une leçon de sacrifice et de négation de fierté et satisfaction de ses propres actions. Il manifesta son besoin de la récompense d’Allah, malgré le fait que, même si lui montait, les laissant marcher, il aurait reçu la récompense de leurs actions, puisqu’il il fut celui qui les guida à Allah. Ô croyants ! Ceci est le Meilleur de la Création qui dit : « pas plus que je ne suis moins dans le besoin de la récompense que vous. » Pensez-vous ne pas être dans le besoin de la récompense d’Allah de sorte que vous délaissez les prières que vous êtes capables d’accomplir, ou des assises d’évocation (dhikr) auxquelles vous êtes capables d’assister ? Vous êtes dans le besoin de la récompense de toute action durant le Ramadan – en particulier – et le restant de votre vie, alors dépensez vos efforts – essayez de méditer sur le Qur’an et d’assister aux assises de dhikr. Il était de coutume des premiers Musulmans de tenir des assemblées après les prières de Tarawih et Witr, durant lesquelles les attributs et manières de l’Élu (paix et bénédictions sur lui) étaient mentionnés.

Aucun des Compagnons qui sortirent ne s’attendait à aller à une bataille avec les Quraysh, mais Allah désirait élever ces remarquables personnes. L’Ange Jibril (paix sur lui) interrogea par la suite le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) sur la façon dont lui et ses Compagnons considéraient les gens de Badr. Il répondit : « Ils sont les meilleurs d’entre nous. » Jibril dit alors : « De la même façon, nous considérons les gens du ciel qui assistèrent à Badr, comme étant les meilleurs d’entre nous. » Ils atteignirent ce rang car ils donnèrent la victoire aux meilleurs des gens auprès d’Allah.

Les individus tendent naturellement à choisir ce qu’il y a de plus aisé à supporter pour leurs âmes, mais au-delà de ce plus aisé choix il peut y avoir quelque chose de plus grand qui nous attende. Si Allah, alors, décrète quelque chose de plus difficile à supporter pour l’âme, le croyant gagnera la félicité en étant satisfait du Décret d’Allah, dans le savoir que cela est meilleur pour lui. Sayyiduna `Ali a dit : « Si le voile fut levé, tu ne choisirais que ce qui a déjà été décrété. »

{Allah vous promit qu’un des deux groupes serait vôtre. Vous désiriez que le groupe sans armes soit à vous, mais Allah désira établir la vérité par Ses paroles, et anéantir les infidèles jusqu’au dernier. } [2]

Les Compagnons obtinrent le succès, car ils avaient l’amour d’Allah et de Son Messager (paix et salut sur lui) en leurs cœurs. Douze nuits de Ramadan sont passées, et tu n’as toujours pas compris ce concept. Le Ramadan n’est venu que pour que tu sois élevé. Cet amour est la fondation de la victoire et la base pour honorer son pacte avec Allah. Nous attestons de cela dans les mots des Compagnons, à l’approche de Badr. Le Messager d’Allah désirait connaître leurs opinions après que soit devenu manifeste ce à quoi ils étaient confrontés.

Sayyiduna al-Miqdad bin al-Aswad dit : « Par Allah, nous ne dirons pas ce que les Enfants d’Israël dirent à Musa : Va toi et ton Seigneur, et combattez alors que nous restons ici, assis ! [3] Mais nous dirons plutôt : Va toi et ton Seigneur et combattez, et nous sommes avec vous, à combattre à tes côtés ! »

Sayyiduna Sa`d bin Mu`adh dit : Nous croyons en toi et témoignons que ton message est vérité. Avance donc accomplir ce qu’Allah a ordonné. Il se peut que tu désirais une chose et Allah en voulut une autre. Fais la guerre à qui tu veux, et fais la paix avec qui tu veux, nous sommes derrière toi. Prends de nos biens ce que tu désires, et laisse ce que tu désires, et ce que tu prends est plus cher pour nous que ce que tu laisses. Par Allah, si tu nous prenais à la mer et t’y jetais, nous te suivrions. Tu as laissé derrière toi des gens (à Médine). Notre amour pour toi n’est pas plus intense que leur amour. » Ils savaient que l’amour d’Allah et de Son Messager était la fondation de leur défense de la vérité et guidée. « Eurent-ils su qu’ils allaient combattre, pas un seul homme ne serait resté en arrière… Il se peut qu’Allah te montre en nous ce qui sera la fraîcheur de tes yeux, ô Messager d’Allah. »


Lorsque le Prophète (paix et bénédictions sur lui) entendit cela, son visage s’illumina tel un morceau de lune. Il dit : « Allez avec la bonne annonce, car Allah m’a promis l’un des deux groupes – soit la caravane, soit l’armée. C’est comme si je pouvais voir avec exactitude les lieux où les Quraysh tomberont. » Et il indiqua ensuite les exacts emplacements, le jour précédant la bataille.

Voyez la disparité entre les deux groupes. Les Musulmans n’avaient que huit épées, deux chevaux et soixante-dix chameaux, chacun d’eux étant partagé par trois personnes. Les Quraysh, quant à eux, avaient des centaines d’épées et lances, deux cent chevaux et ils égorgeaient de neuf à dix chameaux par jour pour leur nourriture, sans évoquer les chameaux usés pour transporter l’armée. Les Quraysh approchèrent avec arrogance, se vantant de la manière dont ils vaincraient les Musulmans. Ceci est la caractéristique des gens de l’opposition à Allah, et de ceux qui sont insouciants de Lui. Les Musulmans, quant à eux, approchèrent avec humilité et crainte de leur Seigneur et Allah les éleva dûment. Allah décrit ceux qu’Il aime comme étant humbles et remplis de compassion dans leurs relations avec les Croyants, et fermes dans leurs relations avec les dénégateurs. Ils s’efforcent dans le Sentier d’Allah et ne craignent pas les critiques des blâmeurs. Telle est la Grâce d’Allah, qu’Il accorde à qui Il veut. Allah embrasse toutes choses et Il est Omniscient. [4]

Dans la seconde khutbah, après avoir loué Allah et prié sur le Messager d’Allah (paix et salut sur lui), Habib `Umar recommanda de nouveau la taqwa. Il dit : si vous vous vêtez de la taqwa vous atteindrez les secrets du jeûne, l’illumination de la prière de nuit et la réalité de la transaction avec Allah.

Avec un amour véritable pour Allah et son Messager (paix et salut sur lui), vous serez capables de satisfaire aux commandements d’Allah et d’obtenir la victoire sur le ‘moi inférieur’ (l’ego), vos désirs et caprices, sur cette vie trompeuse et sur ceux qui mécroient parmi les démons de l’humanité et des jinn.

Parmi les Compagnons il y avait des jeunes, dont certains n’étaient âgés que de quinze ou dix-sept ans. L’un d’eux fut Sayyiduna Harithah, qui fut d’entre les quatorze Compagnons martyrs à Badr. Sa mère vint au Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) à son retour à Médine. Elle lui demanda : « Où est mon fils ? S’il est dans le Jardin, je serais ravie, mais si non, tu verras comment je me comporte ! »
Le Messager d’Allah lui dit : « Umm Harithah, ne sois pas insensée – ce n’est pas un jardin, mais plusieurs, et ton fils est entré au plus haut jardin du Firdaws ! »

Ô vous qui planifiez pour votre futur, y a-t-il un futur plus noble que cela ?
Rendons fermes les fondations de l’amour de sorte à suivre la voie de ces Compagnons, qu’Allah soit grandement Satisfait d’eux.

Ô Allah, nous les aimons pour Ta Gloire, alors montre-nous leurs visages au Jour du Jugement et au Paradis.
Ne laisse rien y avoir en nos foyers qui déplaise à ton Prophète Muhammad (paix et bénédictions sur lui), que ce soit sur nos écrans ou dans nos comportements. Aide-nous à donner à ce Mois son dû et facilite-nous le suivi de l’Élu, honorant le pacte entre nous et Toi.

Accomplissez d’abondantes salutations sur lui (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) car c’est ce qui vous rendra proche de lui en ce jour. Comme il (paix et salut sur lui) dit : « Les plus proches de moi au Jour du Jugement sont ceux qui invoquent le plus de bénédictions sur moi. »

La nuit de la commémoration de Badr Sayyidi al-Habib `Umar récite églament la « Khutbah al-Badriyyah » (téléchargeable en arabe uniquement via le site muwasala).

—————————————————-
[1] Khutbah de Jumu`ah, Masjid al-Rawdah, Tarim 12 Ramadan 1432, 12 Août 2011

[2] Al-Anfal 8.7 – Ce que l’on entend par les “deux groupes” c’est la caravane dirigé par Abu Sufyan, vers laquelle les Musulmans s’étaient initialement dirigés pour l’intercepter, et l’armée que les Quraysh envoyèrent de la Mecque. Les Musulmans, ne souhaitaient naturellement pas venir faire face à une armée pleinement équipée.

[3] Al-Ma’idah 5.24

[4] Al-Ma’idah 5.54

Publicités